Baignades surveillées

Qu’est ce qu’une baignade surveillée ?

C’est une zone de la rivière surveillée par du personnel qualifié (surveillant de baignade diplômé titulaire d’un BNSSA ou Maître Nageur Sauveteur).

Il surveille les nageurs et fait respecter les règles de sécurité uniquement dans la zone délimitée par les deux drapeaux bicolores ou la ligne de bouée : c’est dans cette zone que vous devez vous baigner.

Il ne surveille que certains jours à certains horaires.

Comme à la piscine, la présence du surveillant de baignade ne vous dédouane pas de votre responsabilité de surveillance de vos enfants, en particulier si ils ne savent pas nager.

Un poste de secours équipé (défibrillateur, trousse de soins, téléphone…) permet aussi de donner les premiers soins en cas d’accident et un accès spécifique pour les secours est identifié ou a été aménagé.

En complément, des WC, poubelles, tables de pique-nique, accès PMR ont pu être aménagés.

Partout ailleurs, et en dehors de ces zones et horaires de surveillance, la baignade est libre mais sous l’entière responsabilité des usagers, elle se fait à vos risques et périls.

La signification des drapeaux :

texte à remplacer par une image

Drapeau vert = zone de baignade surveillée sans danger apparent

Drapeau orange = zone de baignade surveillée avec danger limité ou marqué

Drapeau rouge = zone de baignade interdite

Drapeau violet = pollution de l’eau ou présence d’espèces aquatiques dangereuses (par exemple les méduses à la mer).

Le drapeau rouge (en haut) et jaune (en bas) encadre la zone de baignade surveillée uniquement durant les horaires d’ouverture du poste de secours.

L’absence de drapeau sur une plage signifie l’absence de surveillance.

Les 10 plages surveillées du bassin versant :

Sur les 26 plages faisant l’objet d’analyses régulières de la qualité des eaux, 10 sites ont été aménagés et sont surveillés pour accueillir les baigneurs (maître nageur, zone de baignade surveillée, poste de secours, accès secours) :

plage de Lalevade d’Ardèche (rivière Ardèche)

plage de la Souche (rivière Lignon) – pas de surveillance exceptionnellement pour l’été 2022: problème de recrutement

plage de Balazuc (rivière Ardèche)

plage de Salavas (rivière Ardèche)

plage du Pont d’Arc (rivière Ardèche)

plages de Sauze et du Grain de Sel à Saint Martin d’Ardèche (rivière Ardèche)

plage du Pont Cassé à Saint Just d’Ardèche (rivière Ardèche)

plage de Petit Rocher à Joyeuse (rivière Beaume)

plage du plan d’eau de Villefort (rivière Altier)

Ce pictogramme et un bouton de sélection en page d’accueil du site « Ardèche Inf’eau Plage » vous permettent de repérer ces plages.

Vous pouvez retrouver le détail des jours et horaires de surveillance sur chaque fiche plage. Ces informations sont aussi affichées sur chaque plage, en mairie ou disponibles auprès des Offices de tourisme.

En cas de différence entre l’information sur le site Internet « Ardèche Inf’eau Plage » et sur la plage, vous devez vous fier à la présence effective du maître nageur sur la plage et aux informations sur le poste de surveillance, notamment la couleur du drapeau.

Un réseau de sites “publics” :

Les 10 plages qui ont fait l’objet d’équipements ont été choisies et aménagées dans le respect de la rivière.

Conçus avec une logique de réseau, l’objectif de ces aménagements était double :

– améliorer l’accueil et la sécurité du public (qualité de l’eau analysée régulièrement et toujours bonne, surveillance de baignade, poste de secours, parking, poubelles, accès PMR…) ;

– orienter la fréquentation “de masse” vers des sites publics ou organisés pour préserver les secteurs plus sauvages, plus sensibles et souvent privés.

Plages aménagées du bassin versant de l’Ardèche : concilier fréquentation, sécurité et préservation des milieux naturels fragiles

Ce film de 6mn montre les chantiers d’aménagement de certaines de ces plages et les enjeux qui y sont liés – Réal ABC Prod – 2014

Réalisés entre 2010 et 2019, les travaux d’aménagement et d’équipement ont été portés par l’EPTB Ardèche puis les sites ont été rétrocédés aux communes ou communautés de communes qui en assurent la gestion et l’entretien au quotidien.

Ce réseau de plages publiques surveillées est amené à s’étoffer dans les prochaines années.